Phlébologie - annales vasculaires

Rechercher

Saisissez un ou plusieurs mots-clés, séparés
par un espace :

Accès aux articles

Par numéro Par titre
Par auteur    Par mots-clés

   Panier

Aucun article

   Porte document

Aucun document

Sommaire précédent Sommaire suivant Sommaire du numéro : n° 1 - Mars 2015 - 68e année

Édito 1

Guex J.J.

À en croire la presse – médicale ou non, spécialisée ou généraliste – « new is beautiful », rien ne vaut les méthodes modernes.

Et il faut bien reconnaître que ces dernières décennies nous ont apporté des nouveautés qui ont révolutionné la médecine.

Pour ce qui est de la phlébologie, on a vu apparaître l’usage des ultrasons, à titre diagnostique d’abord puis en tant qu’outil de guidage, la mousse sclérosante, les méthodes endoveineuses thermiques (radio fréquence, laser, vapeur).

Nul doute que ces nouveautés ont révolutionné notre exercice.

Cependant, d’une part la courbe du progrès n’est pas linéaire et, d’autre part, chaque amélioration repose sur un bond technologique dont le coût n’est pas forcément anodin, et pas forcément décroissant avec la généralisation ultérieure de la méthode.

L’évaluation solide du bénéfice socio-économique de telle ou telle nouvelle technique est devenue une nécessité.

Heureusement, ceci se calcule et des outils mathématiques ont été développés afin de préciser les enjeux et d’aider les décisionnaires (en théorie tout au moins).

La première difficulté est de mesurer/chiffrer les paramètres que sont les coûts – directs et indirects –, les résultats (cliniques, instrumentaux, sociaux).

Pour cela on emploie principalement des échelles de qualité de vie comme l’EQ5D qui permet une mise en équation assez simple et une corrélation linéaire assez correcte.

La deuxième difficulté est de dire quelle valeur vénale on attribue à la vie (à une année de vie en bonne santé par exemple) et c’est ce que l’on évalue avec les QALY (quality adjusted life years).

Partant de là, on détermine la valeur vénale d’une QALY gagnée en fonction du budget et des prix de son pays et on peut proposer des recommandations de prise en charge aux autorités de santé.

Bien entendu en dehors des recommandations, le système ne rembourse(rait) pas les soins.

Le schéma ci-après résume les divers cas de figure :

La moitié inférieure droite représente les conduites dont le rapport coût/efficacité est bon ou acceptable.

On a trois possibilités :

- moins cher et meilleur : et là il n’y a pas d’hésitation ;

- et deux situations de compromis opposées :
   • moins bien, mais moins cher,
   • et meilleur et plus cher : et là, il y a nécessité d’un compromis, où les QALY prennent tout leur sens.

A contrario, la moitié supérieure gauche (en rose) représente les configurations défavorables.

Si le coût augmente et l’efficacité diminue : perdant
Si le coût diminue et l’efficacité augmente : gagnant
Si le coût augmente et l’efficacité augmente : il faut un compromis (Willingness To Pay, WTP)
Si le coût diminue et l’efficacité diminue : il faut un compromis (Willingness To Accept, WTA)

Sur le schéma figurent des valeurs proposées par les autorités américaines.

En pratique, on doit être prudent sur l’interprétation des calculs, car la modification d’un petit paramètre peut modifier lourdement les valeurs finales.

Et il y a une multitude de facteurs à considérer.

- On notera avec intérêt que dans les dernières études comparant les divers traitements des varices (études anglaises et danoises), la sclérothérapie échoguidée à la mousse (SEM) se place en tête (calculs tenant compte de toutes les dépenses de traitement, immédiates ou non, mais pas du coût social comme les arrêts de travail).

- Et ce malgré des coûts de la SEM bien plus élevés qu’en France ( 1000 £ au R.U.)

Il serait très instructif de voir quels seraient les résultats d’une telle étude en France, avec les tarifs français.

- Enfin, on observera que les derniers traitements présentés :
   • comme la colle cyanoacrylate Sapheon® à 1500 € le flacon pour 1 patient,
   • ou la mousse sclérosante en bombe pressurisée Varithena® à 1000 € le flacon multi-dose de 40 mL de mousse,

ne seront pas concurrentiels en France (au demeurant ils n’y sont pas encore agréés).

Detailed table of contents Detailed table of contents in english

Le MagazineLe Journal

Editorial

Le rapport coût efficacité. Une autre façon de lire les infos !
Guex J.J.

Article original

Compression médicale

Chaussette de compression à effet barrière aux infrarouges pour limiter l’échauffement de la peau en conditions estivales. Étude clinique de validation.
Chauveau M., Thiney G., Bassez S., Cros F., Ouchene A., Verrière F.

Mise au point

Compression médicale

Dans quelle mesure peut-on accepter la substitution de tout ou partie de l’ordonnance d’un traitement par bas médical de compression ?
Rastel D., Delétraz-Delporte M, Guillaud M., Hervé B.

Article original

Ablation veineuse par radiofréquence

Ablation thermique des veines saphènes par radiofréquence bipolaire RFITT®. Résultats d’une étude prospective sur 119 patients avec 2 ans de suivi. Considérations techniques.
Hamel-Desnos C., Desnos P.

Différents aspects échographiques de la GVS après traitement endoveineux thermique.
Chauzat B., Gillet J.L.

Cas Clinique

Ablation veineuse par radiofréquence

Traitement des varices des membres inférieurs par radiofréquence : indications et limites. À propos d’une complication rare.
Belghith C., Abdi A., Ayechi S., Kilani T., Sridi A., Sassi K., Chouchène A.

Article original

Sclérothérapie à la mousse

Évaluation histopathologique de l’action sur la paroi de la grande veine saphène de la mousse de polidocanol 2% en fonction de différents ratios volumiques air-liquide. Étude pilote portant sur dix segments de grande veine saphène in situ. Comptage et mesurage des bulles en microscopie optique pour chaque ratio et en fonction du temps.
Raynal P., Nagy N., Lelubre C., Zouaoui K., Nuyens V., Benigni J.P.

Maladies veineuses : formes cliniques

Les télangiectasies symptomatiques : évaluation et traitement.
Ferrara F., Ferrara G.

Mise au point

Maladies veineuses : formes cliniques

Les grosses jambes chroniques bilatérales.
Chardonneau J.M.

Épidémiologie des ulcères de jambe, réflexions critiques.
Perruchoud D.L., Ramelet A.A.

Cas Clinique

Maladies veineuses : formes cliniques

Un cas de thrombose veineuse iliaque gauche isolé : traitement endoluminal.
Desjardins E., Venecia M., Gallardo Galeas P.

 

Le JournalLe Magazine

Article original médico-légal

Sclérothérapie et contentieux.
Meyer M., Van Cleef J.F, Gaultier C.

Site Internet

La SFP, PAV et leurs nouveaux sites web entrent dans l’ère du web 2.0 et intègrent les réseaux sociaux.
Josnin M.

SFP Infos

Calendrier des congrès

 

Société française de Phlébologie

LA REVUE INTERNATIONALE DE PHLÉBOLOGIE

Organe officiel de la Société Française de Phlébologie

Phlébologie-Annales Vasculaires
Organe officiel de la Société Française de Phlébologie
Rédacteur en chef : François-André ALLAERT - Directeur de la Publication : Albert-Claude BENHAMOU - contact@revue-phlebologie.org

Edition - Publicité - Abonnements : Editions Phlébologiques Françaises
Siège Social : 29, rue d’Anjou - 75008 Paris - Tél. : 01 45 33 02 71 - Fax : 01 58 45 15 77 - De l’étranger = Tél. : 33 (0)1 45 33 02 71 - Fax : 33 (0)1 58 45 15 77
Site : http://www.revue-phlebologie.com - E-mail : courrier@sf-phlebologie.org

Conception, réalisation : bialec